Le Mot du Pasteur

C’est depuis septembre 2015 que le Seigneur nous a appelés, mon épouse et moi même, à travailler dans cette ville de Moissac et plus particulièrement auprès des membres de l’Eglise Evangélique.

Notre objectif dans ce travail est celui donné par ce verset de la Bible:

Recherchez le bien de la ville où je vous ai amenés, et priez l’Eternel en sa faveur, parce que votre bonheur dépend du sien. (Jérémie 29:7)

Nous voulons rechercher le bien de la ville de Moissac:

    • Cela passe déjà par cette première mission : rechercher le bien des membres de cette église en dispensant avec l’aide de Dieu tous les soins pastoraux nécessaires à chacune des brebis, à l’image du berger qui s’occupent de son troupeau, mais sans toutefois oublier que le Bon Berger c’est Jésus Christ.

 

    • Recherchez le bien de la ville c’est aussi engager l’église à prier Dieu en sa faveur, en particulier pour Mr le Maire et pour le conseil municipal ainsi que leurs familles, pour que Dieu les assiste dans cette tâche ô combien importante.
      Nous voulons prier aussi pour chacun de nos concitoyens. Nous avons la conviction que face à tous les maux qui touchent notre société et les pertes de repères parmi la jeune génération, la foi est la meilleure réponse que nous pouvons leur donner et la prière notre meilleur arme.

 

    • Enfin, dans cette recherche du bien de cette ville, nous désirons continuer sur les traces de notre prédécesseur en ce qui concerne l’ouverture, le dialogue et le respect avec les différents sensibilités chrétiennes de notre ville, regardant davantage à ce qui nous unit : la foi dans le Christ, dans son sacrifice et dans sa résurrection, plutôt qu’à ce qui divise.

 

    • En conclusion, nous voulons rappeler cette vérité : le véritable bonheur n’est pas de satisfaire tous les désirs de nos cœurs mais de partager les trésors de la foi : l’amour, la paix et la joie, et tant d’autres choses, avec son prochain. C’est ce que notre Seigneur Jésus Christ a résumé ainsi :

Il y a plus de joie à donner qu’à recevoir.

 

Laure et Mickael Fontaine